Sonia Manoubi capture l’absence

© Sonia Manoubi / Série "Absence"

Manifesto XXI – Pourquoi vouloir parler de l’absence dans cette série appelée justement « Absence » ?

Sonia Manoubi : C’est quelque chose que j’ai pu ressentir dans le quotidien : un solitude physique et psychologique. Dans la vie de tous les jours, on remarque que les gens sont très seuls, et de plus en plus selon moi. Je le vois d’autant plus dans le cadre de mon autre métier, infirmière. Certains patients vivent dans une solitude vraiment palpable. C’est cela qui m’a donné envie de travailler là-dessus. Un jour en sortant du cinéma, j’ai trouvé ces deux mains en plastique dans la rue et j’ai commencé à faire des photos.

En quoi cette main symbolise-t-elle l’absence pour toi ?

C’est une présence qui n’est pas là. Les photographies représentent des gestes très simples de la vie quotidienne, lorsque tu es avec ta famille ou tes amis. Ce sont des gestes qui paraissent banals, mais quand ils ne sont pas présents dans une vie, tu en arrives à les fantasmer. Je l’ai vu chez mes patients : une réaction venait parfois du simple fait que je leur donnais la main, simplement parce que personne ne leur avait pris la main depuis longtemps. Voilà pourquoi la présence de cette main symbolise pour moi une absence.

Je pense qu’aujourd’hui nous sommes plus que jamais seuls. On reste chez soi à regarder une série, tous nos loisirs se sont développés autour de notre écran individuel.

Quelle différence ferais-tu entre le sentiment d’absence et la solitude ?

L’absence : la non-présence ? Le manque. Un jour, j’ai demandé à un de mes patients s’il n’en avait pas marre d’être seul. Il m’a dit : « Vous savez, je suis quelqu’un de très solitaire. J’ai appris à apprivoiser la solitude ». J’ai beaucoup aimé cette expression, « apprivoiser la solitude ». À mon sens, la solitude est un état, mais l’absence est vraiment liée au manque de quelqu’un, de quelque chose.

J’ai voulu exprimer des choses enfouies, des choses dont on ne parle pas trop, de la mélancolie. Tenter de magnifier ces choses. Le minimalisme et le noir et blanc amènent à se concentrer sur la main et le message délivré, se concentrer sur l’absence de la manière la plus pure et directe.

© Sonia Manoubi

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Gaëlle Palluel

Luxe d’occasion : blasphème ?

Pardon ? Du luxe d’occasion ? Mais comment est-ce possible ? La populace s’accaparerait le...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *