Rien de plus convenu qu’être excentrique

Qui est excentrique aujourd’hui ? Vous ? L’équipe de Manifesto XXI ? Lady Gaga ? Personne ? Ce beau mot de notre vocabulaire s’avère être un véritable fourre-tout, utilisé à tout bout-de-champ pour qualifier ce qui est trop fantaisiste pour être naturel.
Le sens commun de l’excentricité s’entend par un comportement bizarre, loufoque, saugrenu. De la simple obsession à la collectionnite, certains excentriques sont aux portes de la folie et de toutes sortes de maladies mentales exotiques. La définition de l’excentricité nait au XVIIe siècle en Angleterre, où l’originalité est une véritable institution. Plus tard, le dandysme jette les bases d’une excentricité vestimentaire, aujourd’hui si précieusement cultivée.

L’excentrique et le bon goût: je t’aime, moi non plus

Si les excentriques sont considérés comme tels, c’est qu’ils dérangent une norme bien enracinée dans l’imaginaire collectif : le bon goût, la bienséance des élégants. Notion toute aussi floue que celle d’excentricité. La première tentative de définition en France apparait en 1668 très précisément et consiste « à bien juger de tout ce qui se présente, par je ne sais quel sentiment qui va plus vite, et quelques fois plus droit que les réflexions. » (Méré, Quatrième Conversation, 1668). Assez rapidement un paradoxe apparait donc : le jugement de goût est à la fois une expérience émotionnelle et donc subjective, mais elle s’inscrit dans un discours formalisé, accepté à l’unisson et reformulé par la jet-set de toutes les époques.

MarieAntoinette+Manifesto21
Marie-Antoinette, représentante du bon goût de son époque

C’est tout aussi paradoxalement que la mode a besoin de l’excentrique, de cet agitateur de look. Comment donc ? Eh bien, en transgressant les limites du bon goût, l’excentrique crée et remet sans cesse en question ce qu’est notre conception du Beau et du style. L’apport de la transgression excentrique peut être rapporté aux tours joués par les figures mythologiques dites du « trickster » : par les malicieuses farces à ses pairs, le trickster questionne l’ordre établi, le consolide et l’enrichit.

Victoria's Secret,
Victoria’s Secret (« C’est un ça l’idée, reste à travailler l’originalité baby! »)

Si bien que toutes et tous aurions envie d’être les excentriques de demain, et les héros de notre génération, mais pas si simple d’avoir le look et l’attitude.

Vices et vertus de l’excentricité : générosité et sacrifice

L’extravagant est considéré comme atteint d’individualisme aigu et de narcissisme chronique. Cette analyse de la personnalité le rapproche de la vision commune que l’on a des artistes. Je suis tentée de vous dire que l’excentricité a bien plus de vertus qu’une crème anti-âge en stimulant votre créativité et donc votre intellect tout au long de votre vie.

AnnaPiaggi+Manifesto21
Anna Piaggi

De même que l’extravagance rend beau celui ou celle qui l’ose. Mais cela n’est pas sans coût. Le personnage excentrique est baroque, flamboyant mais aussi tragique, comme Isabella Blow par exemple qui met fin à ses jours avec du désherbant. Vivre son rêve éveillé n’est pas sans conséquences, et les exemples contemporains comme historiques affluent : la Marchesa Casati qui finit ruinée par ses fêtes, le dandy George Brummel qui mourut dans la misère, récemment Anna Della Russo (ndlr : rédactrice en chef de Vogue Japon) déclarait avoir besoin de porter pour 50 000$ de vêtement par jour lors de la Fashion Week de Milan… Nos personnages baroques ne peuvent vivre que dans la démesure, ce qui semble les associer à une forme ultime de luxe, un plaisir aristocratique de pouvoir faire ce que les autres ne pourront jamais s’offrir. Cependant, il me semble que cette analyse a perdu beaucoup de son sens avec l’explosion du Moi sur Internet et d’un égocentrisme poussé en général. Le raccourci pris consiste à ne considérer que l’aspect esthétique et vestimentaire de l’excentricité, alors que le vrai excentrique est un acteur qui met chaque jour en scène son personnage dans les moindres détails : habitudes incongrues, ton de sa voix, et même dans son sommeil…

Sarah Bernhardt dans son lit-cercueil
Sarah Bernhardt dans son lit-cercueil

Bestiaire moderne et parasites

L’excentrique est un peu comme un choc, dont les ondes se diffusent lentement au sein de la population et fashionistas de second rang. A considérer la profusion de looks dits décalés, de caprices de légions de starlettes, l’extravagance pur-jus peut être labélisée « Espèce en voie d’extinction ». Parler d’excentricité et de mode est délicat, en ce que la frontière avec la créativité est très ténue. L’excentrique, qui par définition devrait être en dehors des normes et du regard des autres, se retrouve au centre de toutes les attentions. Cela est-il naturel puisque notre tolérance stylistique semble être sans cesse renouvelée ? Quoique.
Les écarts de bon goût sont durement sanctionnés par une presse féroce, qui épinglera les extravagances trop extravagantes. Et tout le monde y a droit, à se demander si les pairs ne redoublent pas de férocité entre eux…

AnnaWintour+Manifesto21
Anna Wintour en 2008, vêtue d’une robe Chanel

Les dandys modernes et créatures labellisées comme excentriques trop facilement sont loin d’être fous. Au contraire, ils ont une hyper conscience des autres pour sans cesse améliorer leur image. En somme, les excentriques de la mode sont les moins créatifs : un monsieur-tout-le-monde un peu dérangé sera considéré comme un marginal, limite débile alors qu’on considèrera des people hyper-lookés comme des originaux créatifs. C’est une vaste course au look qui permet le storytelling de chacun.

Ce qui est dérangeant avec les magazines de mode, c’est ce discours vite dégainé de « il/elle a un style excentrique». Non ce n’est pas un style vestimentaire catégorisable, tout au plus un style de vie. Il n’y a pas de recette de l’excentricité mais des personnalités et des imaginations, ce qui est assez dur à copier. Tout le monde a le droit d’être excentrique mais vous ne serez pas consacré pareillement selon que vous soyez riche et célèbre (et disposez d’une armée de stylistes, coiffeurs, manucures derrière vous) ou seulement l’original du coin. « Eccentricity has always abounded when and where strength of character has abounded; and the amount of eccentricity in a society has generally been proportional to the amount of genius, mental vigor, and moral courage which it contained.”Stuart Mill. La messe est dite, et ce prêche ne date pas d’aujourd’hui.

Le vrai excentrique a avant tout le brin de folie romantique qui lui donne une vision du monde et une esthétique bien propre. J’aimerais résumer cet article avec la métaphore du film Edward aux mains d’argent : cet être trop unique pour la banlieue à laquelle il essaie de s’intégrer, finit par être rejeté et menacé par cette masse quasi uniforme. L’excentrique romantique est menacé par un ersatz d’originalité, variations de style pâles et sans intellect autour de lui.

Edwardauxmainsdargent+Manifesto21
Edward aux Mains d’Argent

N’essayez pas d’être un phénomène de foire pour ressembler à Lady Gaga, soyez vous-mêmes : Wikihow, Comment être excentrique? A défaut de devenir une icône de mode, un peu de dinguerie peut avoir des vertus pour l’épanouissement personnel. Vive l’excentricité ordinaire !

 Apolline Bazin

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Apolline Bazin

Les délicates métaphores d’Henn Kim

Henn Kim fait partie de ces illustrateurs que vous pouvez découvrir d’un...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *