Rencontre avec EAST

Après deux EP prometteurs, le trio lyonnais EAST sort un premier album, Hula Hoop ; une délicieuse alliance entre sonorités post-punk des 80’s et boucles électroniques actuelles. C’est en ayant un pied dans le passé mais l’autre bien ancré dans son époque que EAST parvient avec justesse à produire un son à la fois mélodieux et froid, acoustique et électronique. Nous avons pu poser quelques questions à Christophe, Olivier et Nicolas afin de nous immerger dans leur univers.

Manifesto XXI – Après deux EP faits maison, vous sortez votre premier LP. Qu’est-ce qui a changé depuis vos débuts ? Comment s’est faite la construction du groupe ?

EAST : Le changement principal avant cet album est le fait qu’EAST est devenu un trio. Nous avions commencé EAST à deux, Christophe et Olivier, et Nicolas nous a rejoints. Depuis le début du groupe nous cherchons à allier une base électronique avec des guitares plutôt noisy. Les deux premiers EP nous ont permis d’affiner notre son et nos compositions pour arriver à notre premier album Hula Hoop. Le groupe s’est aussi beaucoup construit sur du live, nous cherchons toujours à jouer nos chansons avant de les enregistrer, et à tester les sensations qu’elles procurent au public.

Manifesto XXI – Votre album est très imprégné de sonorités post-punk et new-wave. Pensez-vous être inscrits dans la mouvance revival 80’s portée par des groupes comme Rendez-vous ou Lust for Youth ?

EAST : Nous écoutons les deux groupes cités et nous retrouvons en effet des affinités sonores avec eux. Nous avons toujours cherché à faire une musique froide et énergique, un peu mécanique, en essayant de la mêler à un certain lyrisme. Le côté pop et mélodique de notre musique est aussi important. Par ces côtés, nous nous rapprochons en effet des scènes new-wave et post-punk. Par contre, nous ne parlons pas de revival car nous ne sommes pas nostalgiques des années 80. Nous avons plus l’impression de faire une musique qui nous ressemble, très ancrée dans notre quotidien.

Manifesto XXI – Par rapport aux années 1980 où l’appartenance à des courants musicaux était beaucoup plus segmentée, avec des codes vestimentaires et des styles de vies particuliers (je pense par exemple aux Nouveaux Romantiques qui écoutaient Spandau Ballet et dansaient au Blitz Club), comment voyez-vous la scène aujourd’hui ? Le public est-il différent ?

EAST : La scène actuelle est pour nous très différente de la vision que l’on peut avoir des années 80. Nous ne constatons pas d’identité stylistique et d’appartenance si marquée à une communauté. Il y a beaucoup de passerelles entre les styles musicaux et vestimentaires. Cela est peut être aussi dû aux habitudes des publics et à une grosse dominance des festivals qui mélangent les styles. Pour nous, cela apparaît plus ouvert et nous n’avons pas à nous revendiquer d’un style, et nous pouvons nous amuser à mélanger les sons qui nous plaisent.

Manifesto XXI – Tout l’album est en anglais à l’exception d’une chanson en français, « Tes hanches ». La langue fait-elle varier la manière dont vous écrivez une chanson ?

EAST : Non pas réellement car nos chansons naissent d’abord sans paroles, nous les construisons en jouant et le chant arrive d’abord en mélodie. Ensuite une fois la chanson construite, elle nous inspire les paroles et la langue à choisir.

Manifesto XXI – Où trouvez-vous l’inspiration pour écrire et composer ?

EAST : L’inspiration nous vient la plupart du temps en partant d’une structure musicale simple que l’on enrichit en jouant. Nous enregistrons, nous faisons ensuite le tri sur les bons moments et ainsi de suite. Les accidents de jeu peuvent aussi être une source d’inspiration. C’est une sorte d’inspiration Lego où les briques se mettent en place au fur et à mesure des répétitions.

Manifesto XXI – Vous avez sorti un clip pour le titre « Ice Lake », composé d’images de guerre et de hula hoop lumineux qui s’entremêlent dans un brouillard psychédélique. Comment les visuels que vous proposez se rattachent-ils à votre musique ?

EAST : Pour ce clip, Arnaud, qui l’a réalisé, a illustré les sentiments ambivalents de notre musique avec un côté dur et tragique, mais contrebalancé par le jeu et la futilité pop du hula hoop. Nous vivons dans un environnement qui prône l’amusement, la facilité, les couleurs, mais qui bascule rapidement vers la violence et la guerre. C’est une sorte de futilité amère.

Manifesto XXI – Sur cet album, vous avez travaillé avec Benoît Bel. Était-il important pour vous de produire une qualité de son particulière ?

EAST : Oui, c’était le but du travail avec Benoît. Nous avions des idées de textures et de sons. Nous cherchions à avoir un son vivant, agressif, un côté club. Nous avons trouvé en la personne de Benoît quelqu’un capable de retranscrire tout cela sur la production du disque. Le travail avec lui a été très enrichissant et l’album correspond tout à fait à ce que l’on espérait.

Manifesto XXI – Un des titres de l’album est un remix. Selon vous, rock et musique électronique vont-ils ensemble, se complètent-ils ?

EAST : La musique électronique et le rock sont très proches, nous en avons encore fait le constat lors des sessions d’enregistrement de l’album. Lorsque l’on retire sur un morceau les guitares et le chant, la chanson se transforme en morceau d’électro. Finir l’album par un remix est une ouverture logique pour une fin d’album. Le concert se finit, la soirée électro commence.

Manifesto XXI – Sur scène, à quoi ressemblent vos concerts ? Comment mêlez-vous électro et acoustique ? Y a-t-il une part d’improvisation ?

EAST : Sur scène, nous sommes tous les trois alignés face au public, Nicolas joue debout sur une batterie hybride électronique et acoustique et lance des boucles, Olivier est à la guitare et au chant, et Christophe aux synthés, guitare et chant. Nous pouvons moduler la durée des chansons en live avec les boucles électroniques selon le ressenti du moment et pour chaque concert nous faisons évoluer notre playlist. Nous adaptons aussi régulièrement les arrangements des chansons en live pour ne pas s’ennuyer dans de la redite concert après concert.

Manifesto XXI – Où pourra-t-on vous applaudir prochainement ?

EAST : Notre prochain concert est le mardi 21 juin au Kiwi Festival place Guichard à Lyon. D’autres dates seront annoncées pour l’automne.

***

Retrouvez EAST sur :

Facebook

Soundcloud

Et en live au Kiwi Festival le 21 juin prochain !

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Alice Butterlin

Rencontre avec The Proper Ornaments

À l’occasion de la sortie de leur nouvel EP, Foxhole, on a...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *