RA+RE, mode et clubbing, le label féminin 2.0

léaportier

RA+RE est un concept au féminin. Un label qui mélange musique électro et mode, en approfondissant les relations entre ces deux notions. Mais surtout, en innovant sur la scène parisienne en montrant que l’électro au féminin offre de nouvelles perspectives de création.

Voici notre rencontre.

Crédits photos : Léa Portier pour Manifesto XXI

Mannequin : Juliette Portier

Direction : Costanza Spina, Delphine Barthier, Juliette Payrard

RA+RE Records

Manifesto XXI – Quand avez-vous commencé le projet et pourquoi ? 

Clara : On a commencé en juin 2014, nous nous sommes rencontrées à New York et avons commencé à sortir entre filles. On avait enfin des potes filles avec qui partager nos soirées et nos musiques. Alors on a voulu créer une communauté, un groupe qui aide à propulser les femmes sur la scène artistique. Pour une fille dans la musique il s’agit tout le temps de faire tes preuves, de démontrer que tu vaux quelque chose. C’était notre idée depuis le départ de baser notre entreprise sur ça. L’idée des vêtements était déjà là : on voulait donner aux filles la possibilité de porter les tenues les plus adaptées aux soirées auxquelles elles prennent partie.

Manifesto XXI – Vous étiez déjà dj ou productrices avant ? 

Clara : Je suis dj et Claire, l’autre fondatrice, l’est aussi.

Jessie : Moi je suis la danseuse, je danse devant la scène, c’est mon rôle (rires). Non en vrai, je suis très impliquée dans la musique et tous mes potes en font.

Manifesto XXI – Pourquoi Paris ? 

Clara : Parce que Claire et moi, nous sommes Parisiennes et puis ici on manque de ça.

Manifesto XXI – Quels étaient les premiers projets ? Enregistrer des sons ou bien des soirées…?

Clara : On a commencé avec des EP en juin. On a fait une soirée de lancement à Paris au Badaboum et une à New York. Les EP sont aussi les occasions de faire une release party pour promouvoir l’artiste bien sûr.

Manifesto XXI – Comment vous décririez votre style ? 

Clara : Minimal-house, très féminin et subtil. On est inspirées par beaucoup de mouvements dans l’électro mais on essaye vraiment d’avoir une cohérence autour de ce style-là.

Jessie : On a réussi a créer un vrai style RA+RE : les femmes apportent un côté plus sexy et sophistiqué dans ce genre de musique et les gens commencent à reconnaître et à dire « Ah c’est RA+RE ».

Manifesto XXI – Vous travaillez avec des artistes internationaux ? 

Clara : Oui elles sont toutes internationales. Les dj résidentes sont Françaises mais les productrices internationales.

Manifesto XXI – Vous ne sortez que des vinyles ? 

Jessie : Oui parce que c’est justement plus rare. Il y a un travail de recherche autour des imprimés que nous produisons pour les vinyles.

Clara : L’idée est de vendre de beaux objets et de rendre la musique pérenne. Une fois que tu possèdes l’objet, il y a une relation physique forte qui s’instaure alors qu’un morceau mp3 tu oublies que tu l’as. Quand les gens achètent nos vinyles, ils ne savent pas forcement qu’on est un label féminin et c’est ce qu’on recherche : on ne veut pas qu’on achète parce qu’on est des femmes ou à l’inverse, qu’on n’achète pas pour la même raison.

Manifesto XXI – Que pensez-vous de la scène féminine parisienne ? 

Clara : Il y a pas mal de filles qui sont là depuis longtemps, style Clara 3000. Il y a aussi pas mal de dj mais pas beaucoup de productrices. Surtout dans notre style de musique, non il n’y en a pas beaucoup.

Jessie : Je pense que c’est en train de grandir, mais dans notre style ça reste très difficile de trouver un producteur.

Manifesto XXI – Est-ce que vous faites des soirées faites par des filles pour des filles ou bien est-ce que vous voulez mixer ? 

Clara : On ne veut pas rester qu’entre filles, c’est juste un moyen pour nous de nous affirmer et de partager notre travail. Mais on collabore avec des garçons et ça va continuer.

Manifesto XXI – Est-ce qu’il y a une vraie nécessité de s’associer entre filles aujourd’hui afin de promouvoir un travail artistique ? Est-ce que c’est encore problématique au niveau de la visibilité ? 

Clara : Oui c’est encore un problème. Créer une scène artistique féminine est dur car les lieux et les occasions de rencontre manquent. On a souvent des potes garçons avec qui partager la musique, comme si on ne pouvait pas partager la musique sérieusement entre filles. Faire de la musique entre filles et geeker entre filles c’est inusuel. Mais très inspirant.

RA+RE Clothing

RARE
Léa Portier pour Manifesto XXI

Manifesto XXI – Comment gérez-vous l’identité de votre marque, son univers ? Pourquoi est-il important de mélanger les vêtement et la musique ? 

Clara : La fille qui fréquente des soirées électro a un style assez précis que nous pouvons observer en allant en club.

Jessie : Ce ne sont pas vraiment des filles de rave party, ce sont des filles qui veulent rester élégantes avec un côté pratique (donc baskets ou chaussures plates d’office).

Manifesto XXI – Pouvez-vous approfondir le style de la fille électro ? 

Jessie : Jeans, shorts, chaussures basses, pas trop de décolletés, vêtements sexy mais confortables. Le prix doit être raisonnable car une fille qui va en festival techno ne veut surtout pas y aller avec des vêtements qu’elle a payé une fortune.

RARE
Léa Portier pour Manifesto XXI

Manifesto XXI – RA+RE est donc un label de lifestyle

Clara : Oui totalement. On voudrait approfondir cet aspect en fondant un concept store où il soit possible d’enregistrer, d’écouter et de vendre de la musique. Échanger autour de ça et être vraiment inclus dans l’univers de la marque.

Manifesto XXI – Dans quel arrondissement de Paris ? 

Clara : Sûrement pas dans le 8e ou le 7e ! Le 11e, le 10e mais pourquoi pas le 18e qui est en train de changer vite, il y a une demande pour ce genre de choses dans ce quartier.

Manifesto XXI – En tant que marque émergente et compte tenu de la demande grandissante de plus d’éthique dans la mode, avez-vous des messages à faire passer à votre consommateur ? 

Clara : Nous voulons surtout donner aux filles une liberté de mouvement, un confort qui leur permette de s’amuser en soirée sans avoir à se soucier de comment apparaître plus sexy. C’est surtout cet univers autour de la musique qui nous intéresse.

Manifesto XXI – Jessie, tu es celle qui gère au plus près l’aspect mode du projet. Peux-tu me parler de ton parcours ? 

Jessie : J’ai fait un BFA à Savannah, aux USA. J’ai appris toute la partie technique derrière la création du vêtement. Ensuite je suis rentrée dans l’industrie à New York où j’ai fait des expériences de travail pour des maisons comme Vera Wang, Gap, Uniqlo, Banana Republic… Ensuite je me suis sentie assez sûre de moi pour lancer mon propre projet.

RARE
Léa Portier pour Manifesto XXI

Manifesto XXI – Quelles sont tes inspirations ? 

Jessie : J’aime les coupes simples, propres, minimalistes avec des détails qui ressortent comme des broderies. Après, on ne s’inspire pas de certains créateurs en particulier mais des filles qu’on fréquente, des personnes réelles qu’on croise tous les jours. La collection actuelle, que vous avez shootée, célèbre les filles parisiennes, donc élégantes mais décontractées. Par contre la prochaine est plus inspirée d’un univers estival, avec beaucoup de couleurs et de détails, avec des inspirations clairement indiennes.

Manifesto XXI – En termes de matériaux, lesquels utilisez-vous ? 

Clara : On utilise des matériaux synthétiques pour le moment, tout en choisissant de la bonne qualité, comme la viscose. Aujourd’hui on peut créer de très bons tissus synthétiques et garantir ainsi un prix raisonnable. Par contre, pour les manteaux par exemple, on utilise du cachemire. Nous vendons des produits à des prix raisonnables pour les matériaux qu’on choisit.

RARE
Léa Portier pour Manifesto XXI

Manifesto XXI – Où est-ce qu’on peut acheter RA+RE ?

Clara : Asos ou notre site.

Jessie : On fait aussi des pop up à Paris et à New York.

Manifesto XXI – Vous oscillez donc entre un système de distribution online d’un côté et hyper conceptuel de l’autre…

Jessie : Oui, c’est pour toucher deux marchés différents. Online on peut capter des gens qu’autrement on n’aurait jamais pu capter.

Clara : L’aspect tactile reste fondamental quand on parle de lifestyle. Il faut vivre la marque et avoir un endroit qui soit comme une maison pour les filles qui viennent écouter la musique et aussi acheter des vêtements. L’idée est vraiment de créer une maison au sens propre du terme.

Manifesto XXI – Où sont produits vos vêtements ? 

Clara : Portugal et Pérou pour la maille. On a décidé de ne pas produire en Chine ou en Inde pour une question de qualité, le produit est moins bien travaillé. Et il y a aussi un souci de proximité, on n’a aucun contrôle sur les usines chinoises, on ne sait pas ce qu’il s’y passe. Au Portugal on a trouvé une super usine et on a un contact direct, on travaille ensemble et on échange vraiment constamment.

Manifesto XXI – Comment partagez-vous le travail de la team mode ? 

Jessie : C’est Clara et moi. Moi je dessine mais le processus est commun.

Clara : Claire s’occupe plus des relations avec le public. En tout cas on travaille toutes les trois étroitement ensemble, on fonctionne en équipe et c’est aussi ce qui fait la singularité du projet.

Le shooting est réalisé avec la collaboration de RA+RE pour sa première collection. Photographe : Léa Portier // Mannequin : Juliette Portier // Direction : Costanza Spina, Delphine Barthier et Juliette Payrard.

RARE
Léa Portier pour Manifesto XXI

RA+RE sur soundcloud

Pour en savoir plus : www.ra-re.fr

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manifesto XXI

A nous la nuit ! démocratise l’espace urbain. 21/10 La Java

A nuit la nuit! met sur la table un sujet très peu...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *