Pourquoi les geeks pleurent la mort du Clip Art

Au Panthéon des graphic-faux-pas, le Clip Art figurerait sans doute en bonne place. Les petits symboles, popularisés par les logiciels de Microsoft, font partie de ces anomalies esthétiques qui irritent les yeux les plus aguerris et provoquent la risée des internautes. Tout comme la légendaire typographie Comic Sans MS, le Clip Art restera longtemps dans les annales du folklore informatique.

Introduite en 1996 dans Microsoft Word, la fonction offrait alors la possibilité inédite d’illustrer facilement des documents numériques à l’aide de petits icônes. Leur point commun? Une apparence kitchissime, avec des visuels pixellisés et multicolores. Ce sommet d’incohérence graphique aura été tant moqué que le géant du Web vient d’annoncer l’abandon total du Clip Art dans ses produits. Les amoureux de la culture web regrettent déjà l’empreinte naïve et bariolée de ces petits dessins, désormais reléguée au rang de vestige graphique.

La bibliothèque d’illustrations s’était pourtant rapidement étoffée grâce au perfectionnement des techniques graphiques. Mais le Clip Art est toujours resté associé à cette ère du tâtonnement informatique, une époque lointaine où il était encore cool d’avoir une adresse Caramail ou une page perso Wanadoo (RIP).

ArticleClipArt-Minimalisme

On se demande d’ailleurs comment Microsoft a pu conserver aussi longtemps cette fonction dans ses logiciels Office. Car au delà de l’atrocité visuelle, ces proto-émoticones étaient devenus pour le moins dépassés. L’explosion de Google comme ressource inépuisable de contenus et d’images a rendu de facto obsolète le besoin d’icônes de faible résolution.

Délaissées par les utilisateurs, les illustrations « rétro » disparaitront prochainement au profit du moteur de recherche Bing. Certes, la modernisation paraît tardive alors que Microsoft tente désespérément de rajeunir son image face à une concurrence accrue. Mais admettons que le Clip Art restera longtemps une figure sacrée de la culture geek.

RIP

Pour les fins amateurs de pixels colorés, rassurez-vous, la continuité est assurée. En cas de fièvre nostalgique, la communauté Blingee et ses montages scintillants — oui, le site a survécu à la génération Skyblog — combleront assurément vos pulsions. Internet est décidément une mine d’or inépuisable.

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manifesto XXI

J’ai bossé pour un gros raciste tout l’été

J’en avais déjà entendu parler mais je ne l’avais jamais vu en...
En savoir plus

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *