Playlist – Let’s get minimal

Quelques visages du minimalisme en musique à travers les époques…

 

Piano Phase, Steve Reich, 1967.

Steve Reich est l’un des compositeurs à l’origine de la musique minimaliste (dite aussi répétitive) qui voit le jour dans les années 1960 aux Etats-Unis.

Son travail, essentiellement basé sur la répétition et le déphasage, est ici illustré par une chorégraphie d’Anne Teresa de Keersmaeker.

_

https://www.youtube.com/watch?v=_YU3XIAgn9o

Einstein on the beach, Philip Glass, 1976.

« Opéra » tout à fait innovant composé en 1976 par Philip Glass, autre père de la musique minimaliste américaine.

_

The Robot, Kraftwerk, 1978.

Kraftwerk, groupe allemand qui a joué un rôle majeur dans l’émergence de la musique électronique à partir des années 1970.

_

Rectangle, Jacno, 1979.

Jacno ou le minimalisme version eighties, précurseur des schémas pop et électroniques qui auront le vent en poupe jusqu’à nos jours. 

_

Rythm of Vision, Robert Hood, 1994.

Robert Hood, l’un des pionniers de la musique techno, née dans les années 1980 à Détroit. 

_

 

The Bells, Jeff Mills, 1997.

Jeff Mills, autre fondateur majeur de la techno de Détroit.

_

 

Queer Fellow, Paul Kalkbrenner, 2008.

Paul Kalkbrenner, l’un des représentants les plus populaires de la techno minimale allemande moderne, qu’on retrouve notamment dans le film Berlin Calling  (2008).

_

Sur la planche, La Femme, 2010.

La Femme,  jeune groupe moderne symptomatique d’un important mouvement de retour à une musique qui mélange héritages coldwave et minimaliste.

Eléna Tissier

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manifesto XXI

Du renouveau de l’homme : le cri de la jeunesse

La mode entre dans une ère historique : celle du renouveau de...
En savoir plus

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *