Exclu : Oh Mu fissure l’image d’Épinal de la Suisse dans son nouveau clip « Les Montagnes »

L’étonnante artiste parisienne Oh Mu, qui aborde la création de manière kaléidoscopique, s’investissant aussi bien dans la musique que dans le dessin ou encore la vidéo, nous dévoile aujourd’hui en exclusivité un nouveau clip pour son titre « Les Montagnes », extrait de son EP Le Feu.

On y retrouve son goût prononcé pour les enchevêtrements de synthétiseurs, et surtout cette voix si caractéristique, à la fois empreinte de douceur et de naïveté, et pourtant si acérée, formulant des textes lourds de sens dans la langue de Molière. Ici, Oh Mu nous parle de la Suisse où elle a grandi, non pas pour nous vanter la beauté de ses montagnes, comme pourraient laisser à penser les images bucoliques du clip, mais pour dénoncer les carcans qui y freinent selon elle le développement et l’épanouissement de la jeunesse.

« Cette chanson raconte l’histoire d’une amitié, celle de deux ados qui en se soutenant ont réussi à se sortir d’un carcan très culpabilisant qui les emprisonnait. L’endroit où elles ont vécu (le Valais mais aussi la Suisse en général) a un passé très lourd en termes de pouvoir de l’Église, de chasse aux gens décalés, invalides, pauvres, de chasse aux sorcières aussi. C’est l’un des pays d’Europe où l’Église a tué le plus de gens désignés comme ‘sorcières’ jusqu’au XVIIIe-XIXe siècle ; ensuite, il y a eu les internats forcés de jeunes dits ‘à difficulté’ (des adolescentes enceintes, des orphelins, les jeunes des rues), qui n’étaient en fait que des prisons pour mieux cacher la ‘décadence’, jusqu’à la fin des années 1980.

Aujourd’hui, les choses ont changé, mais il y a encore cette pression très forte de la normalité que je n’ai jamais ressentie aussi fortement ailleurs, même si cette pression existe un peu partout à différents degrés. Tout cela s’inscrit dans la logique d’une Suisse qui se veut bien normale, et parfaite, sans bavure, sans saleté, bien propre, trop propre. Je trouve que cela a un impact énorme sur la jeunesse en Suisse, sur notre rapport à nous-même, à notre corps, à notre identité, aux autres et à notre créativité ; chacun a son parcours bien sûr, mais j’ai eu l’impression de devoir survivre sous un poids de culpabilité énorme, et m’exprimer comme je le souhaitais m’était juste impossible. C’est seulement en partant que je me suis rendu compte que je n’avais pas à être coupable de quoi que ce soit. Ce qu’évoque la fin de la chanson : ‘Au-dessus des montagnes, l’horizon a du charme’. »

Oh Mu

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Eléna Tissier

Le spleen magnifique du premier EP de .dxf

.dxf, dont on vous avait présenté le single ‘Efira’ en mars dernier, vient...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *