Marion Mayer, la relève folk rennaise

Le 18 mars dernier, nous avons eu la chance de faire la rencontre de Marion Mayer lors d’un de ses brefs retours à Rennes, à l’occasion d’une affiche partagée avec Lena Deluxe au 1988 Live Club.  Songwriter et guitariste/chanteuse folk déjà bien aguerrie, Marion a notamment remporté le Tremplin du Label Mozaïc 2014, et eu l’opportunité de faire les premières parties d’artistes tel qu’Arthur H ou encore Angus Stone. En pleine préparation de la sortie de son second EP, elle tourne actuellement entourée de deux musiciens ; Romain Baousson à la batterie, et Bastien Bruneau-Larche à la basse. Accueillante et très sympathique, c’est avec naturel et bonne humeur qu’elle répond à nos questions, avant de rejoindre sa guitare pour nous accorder une envoûtante live session de son titre « Red » :

MXXI – Tout d’abord est-ce que tu peux rapidement présenter ta formation et ton parcours ?

Marion : J’ai commencé la musique toute petite, vers 7 ans, en prenant des cours. Mon père jouait de la guitare donc il y avait toujours quelques guitares qui trainaient à la maison. Au départ je les désaccordais, et puis un jour j’ai voulu apprendre à en jouer. Mon grand-père était saxophoniste aussi donc il y avait toujours plus ou moins de la musique un peu partout, puis mes parents sont de grands mélomanes. Ensuite vers 15-16 ans j’ai commencé à poster mes premières vidéos sur youtube, mes premières covers d’Oasis devant la webcam (rires). Ça ne se faisait pas trop à l’époque donc j’ai eu la chance de connaître un mini buzz avec ça, et du coup de faire des télés et des radios alors que j’avais seulement 15 ans, donc c’était plutôt rigolo. Après j’ai commencé à me professionnaliser un peu plus, MAPL de Lorient m’ont notamment encadrée pendant un moment. Ensuite je suis montée sur Paris pour mes études tout en continuant à faire des concerts. J’ai fait une petite tournée avec Angus Stone qui m’a bien motivée à poursuivre dans cette voie, tout comme la rencontre avec le groupe The Same Old Band, avec qui on a joué au 1988 pour les Bars en Trans puis pas mal tourné en passant par les Transmusicales, les Veilles Charrues… En même temps j’ai enregistré mon premier EP avec Romain Baousson, à Rennes, et suite à ça j’ai remporté le Tremplin du Label Mozaïc aussi, donc tout s’est un peu enchaîné…

MXXI – Est-ce que tu pourrais décrire un peu ton univers pour des gens qui découvrent ta musique ?

M : Musicalement je suis inspirée par plein de choses différentes, et d’un côté je n’arrive pas à retrouver mes inspirations dans ma musique, donc c’est toujours un peu délicat… Mais c’est beaucoup de singers & songwriters des années 1970 ; Neil Young, Dylan… En ce moment par exemple j’écoute beaucoup Donovan, et aussi la nouvelle vague des Kevin Morby, Jonathan Wilson… voilà c’est un petit peu un mélange de tout ça, toutes ces inspirations. Depuis deux ans je suis allée voir beaucoup de concerts aussi, chose que je ne faisais pas tellement avant, puis je participe à des festivals … donc ça m’inspire énormément de voir tous ces artistes sur scène.

Marion Mayer 3

MXXI – Tu composes et écrit tous tes morceaux toute seule ou tu t’entoures d’une équipe?

M : Pour le moment j’ai toujours tout fait toute seule. Là l’apport des musiciens s’est fait récemment, notamment avec le 1er EP. J’ai commencé à collaborer avec Romain, qui est batteur, et qui m’a présentée à plein de musiciens, et notamment Bastien, qui est venu s’intégrer au projet, a enregistré toutes les basses du 1er EP, et maintenant m’accompagne sur scène. Mais la composition est toujours restée pour le moment quelque chose de très personnel, à défaut, parce que là pour le 1ème EP par exemple il y a des moments où j’aurais bien eu besoin de quelqu’un. J’ai notamment fait appel à un ami à moi qui s’appelle Chris Taylor, le bassiste d’Eagles Gift. C’est la première fois que je faisais ça, Chris est venu pendant deux jours travailler avec moi, surtout les arrangements. On a composé un morceau ensemble, qui ne sera pas sur l’EP, mais que je jouerai ce soir. La composition c’est encore quelque chose de trop personnel pour moi, par contre pour les arrangements je m’associe parfois à des musiciens oui.

MXXI – Qu’est ce que t’as apporté cette victoire au Tremplin du Label Mozaïc 2014 ?

M – J’attendais vraiment beaucoup de ce tremplin parce qu’il a quand même une petite notoriété à Rennes, et comme j’étais toujours partagée entre Lorient, ma ville d’origine, et mes études à Paris, j’avais vraiment hâte de commencer à trouver un public rennais, et je pense que c’est vraiment ça que ça m’a apporté. Déjà, du point de vue des professionnels, et puis en termes de public puisque du coup ça faisait déjà quelques mois que je trainais à Rennes, que je rencontrais des gens, mais qui ne m’avaient jamais vue en concert. Il y a eu le concert de finale à l’Etage qui m’a bien aidée, puis j’ai eu la chance de gagner, donc j’ai bifurqué sur le deuxième EP, je me suis installée à Rennes entre temps… Du coup j’ai pu vraiment m’intégrer à toute cette scène rennaise, et je pense que c’est ça que m’a le plus apporté ce tremplin.

[bandcamp width=100% height=120 album=2053714663 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 tracklist=false artwork=small]

MXXI – Y a-t-il déjà une release date de prévue pour ton second EP ?

M : On l’a terminé fin janvier, et en fait j’attendais de trouver des gens pour m’accompagner pour la sortie ; label, tourneur… Je voulais vraiment passer un temps à démarcher avant de le sortir, je n’avais pas envie de le sortir toute seule. Et là j’ai eu la chance de trouver un tourneur donc maintenant on va pouvoir préparer une vraie sortie, mais ça ne sera surement pas avant la rentrée prochaine, le temps de tout mettre en place.

MXXI – Est-ce que tu penses que la mouvance folk moderne est simplement une mouvance nostalgique qui cherche à faire revivre une époque perdue un peu idéalisée, ou bien est-ce que pour toi on assiste vraiment à un renouvellement de ce style avec des caractéristiques propres ?

M : C’est une bonne question… je te fais ça en trois copies, je te l’envoie en PDF ? (rires) De manière générale je pense qu’en musique chaque époque est un peu nostalgique de ce qu’il y avait avant, et puis les modes sont cycliques. Je pense qu’il y a toujours un peu un regard vers ce qui s’est fait avant, puisque quand on crée on s’inspire forcément de quelque chose. S’il y a une chose que je trouve vraiment différente de cette époque des Dylan et des Neil Young, – après c’est une impression, je ne connais pas non plus tout ce qui se fait -, c’est le fait que dans leurs textes ils défendaient peut-être plus des idées et une vision de la société, ils utilisaient vraiment la musique comme moyen d’expression, pas dans toutes leurs chansons mais du moins une partie. Tandis que maintenant j’ai l’impression qu’on a moins ces chansons engagées, on est peut-être plus dans l’art pour l’art. Je pense qu’on est dans une société ou maintenant l’art n’est plus forcément notre seul moyen de parole. C’est-à-dire que grâce aux réseaux etc., tout le monde peut défendre ses idées, les faire entendre, débattre… et donc peut-être que maintenant on a moins envie d’écouter ou d’apprécier l’art pour sa fonction d’engagement politico-social, mais plus pour passer un bon moment ou extérioriser ses émotions.

Marion Mayer 1

MXXI – Un film dont tu aurais rêvé de composer la BO ?

M : Tout de suite je pense à mon film préféré qui est Away We Go, mais parce que la BO est magnifique, c’est d’Alexi Murdoch, j’adore et je trouve ça splendide… En plus les images sont tellement belles dans ce film… donc je n’aurais pas voulu composer la BO du film car c’est impossible de faire mieux, mais j’aurais bien aimé composer cette BO telle qu’elle est !

MXXI – Beaucoup de gens associent la musique folk à de la musique « facile », qu’est ce que tu aurais envie de leur répondre ?

M : Et bien qu’ils pondent une mélodie et un texte comme ceux de Try For The Sun de Donovan par exemple, et après on en reparle !

MXXI – Pour finir, y a-t-il un titre / album / artiste que tu écoutes beaucoup et dont tu as super honte ?

M : That Don’t Impress Me Much de Shania Twain !! Elle était sur un des premiers albums que j’ai eu, que je connais entièrement en yaourt parce que j’avais 8/9 ans quand c’est sorti… Et dédicace à Ellie James des Mermonte car on aime beaucoup la mettre et danser dessus !

_

Retrouvez Marion Mayer sur :

Facebook

Site Officiel

Soundcloud

_

Crédits photos : Chris Taylor

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Eléna Tissier

Claude Violante, synthpop r’n’bisante saveur 2000 – Rencontre

Il y a quelque temps, après avoir atterri à Bobigny en cherchant...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *