La fausse fourrure : must have éco-responsable

La mode est-elle compatible avec une éthique verte, durable et respectueuse de la vie ? Pour toute personne s’intéressant à la mode mais ayant décidé d’adopter un mode de vie éco-responsable, cette question est centrale.

Etre attentif à son style, apprécier l’esthétique vestimentaire d’une personne ou la féérie d’un défilé de créateur ne signifient pas forcément que vous êtes un être artificiel et vicieux. La mode a ses aspects révoltants : la surconsommation encouragée par le fashion business et la course effrénée des tendances, l’égocentrisme et l’absurdité des personnes obsédées par leur image, les soldes…Et ces écueils ne concernent pas que la grande distribution ; la haute couture multiplie aussi les entraves à l’éthique écologique en vogue.

De plus en plus de personnes choisissent donc de se détourner de toute préoccupation vestimentaire pour être en phase avec des valeurs plus essentielles. Il n’est pourtant pas nécessaire de faire un choix. Ce serait réducteur de confondre la mode avec ce paradigme de l’artifice et de l’immoralité. La mode existe partout et depuis toujours, même au sein des tribus les plus reculées de la terre et vivant à l’écart des sociétés développées.

Le propre de la mode, c’est d’être dans l’ère du temps. Difficile pour elle de passer à côté puisque son rôle est de saisir l’essence de son époque et de contribuer à la forger. Nombreux sont les créateurs et les marques soucieux des répercussions de leur production. Le savoir-faire artisanal, la production locale, la qualité et l’empathie sont des principes au goût du jour. Toutes les marques s’y mettent (ou presque).

Curieuse de voir ce que donnait cet engagement sur le terrain, j’ai rencontré la jeune créatrice lilloise Aline Nivesse, fondatrice de la marque Aline’s Fashion qui est spécialisée dans la confection d’articles en fausse fourrure. Elle s’inscrit parmi les acteurs de l’industrie de la mode qui font que l’on peut choisir de s’habiller « éco-responsable ».

Etant engagée pour la cause animale, le port de la fourrure au seul nom de la mode est une chose abjecte à mes yeux. Je ne soutiens pas le développement de la fausse fourrure de peur que cela fasse la promotion de la vraie, mais je respecte l’initiative des créateurs qui l’utilisent comme alternative. Et en effet, trouver une alternative est nécessaire puisque la fourrure ne semble pas prête à disparaître des podiums. De nombreuses marques n’ont aucune considération pour la vie et le bien-être animal, et chaque hiver, on voit ressurgir les manteaux et autres accessoires en fourrure parmi les tendances de la saison. Actuellement, c’est la collection automne/hiver 2016 de Karl Lagerfeld pour Chanel qui fait polémique et attise la colère des militants. L’association WWF promeut elle-même les marques spécialisées dans la fausse fourrure à l’aide de campagnes publicitaires afin de montrer qu’il s’agit d’un produit noble et éthique.

Campagne WWF

Chanel+Manifesto21
le fameux manteau en fourrure de la collection Automne hiver chez Chanel

A l’atelier Aline’s Fashion , tout est fait main. Les tissus sont made in France et les matières 100% Vegan. La marque est indissociable des valeurs défendues par sa créatrice. A l’image de toute la branche eco-friendly en plein développement, production et éthique sont réunies et deviennent même un moteur d’inspiration et d’énergie créatrice. Lors de ma rencontre avec Aline Nivesse, j’ai pu manipuler la matière et être initiée à la couture. C’est à ce stade de la fabrication que l’on comprend vraiment l’univers de la mode et que l’on peut mesurer la passion et l’investissement d’un créateur. Et je peux déjà vous dire que c’est un plaisir et une fierté de travailler une matière de qualité, et non de la vraie peau d’animal, pour en faire des pièces uniques.

Interview

Aline Nivesse , fondactrice de la marque Aline’s Fashion
Aline Nivesse , fondactrice de la marque Aline’s Fashion

MXXI – Peux-tu retracer ton parcours ?

Aline – Après un Bac littéraire, j’ai réalisé mes études de stylisme / modélisme à l’école ESMOD de Roubaix avec une spécialisation en mode féminine. Puis, suite à mon stage de fin d’année, j’ai tout de suite lancé la marque Aline’s Fashion en 2010 : en commençant avec les accessoires canins (bandanas, manteaux, coussins en fausse fourrure) et ensuite l’accessoire féminin en fausse fourrure.

MXXI – Quel est le projet à l’origine de la marque Aline’s Fashion ?

Lors de mes études à ESMOD, nous avions à réaliser un projet d’étude imposé: faire une tenue mixant deux sports. J’ai donc choisi le polo et l’aviation. Pour la réalisation de la tenue, j’ai eu besoin de fausse fourrure et c’est ainsi que j’ai rencontré mon futur fournisseur principal pour la première fois ! A l’époque, c’était déjà inconcevable pour moi d’utiliser de la fourrure authentique bien qu’à ESMOD  la vraie fourrure est une institution… Par la suite, quand j’ai créé la marque, mon but était de moderniser la fausse fourrure qui a toujours eu un petit côté « kitsh » dans la tête des gens, de montrer aux femmes qu’elle peut être classe et chic, et qu’au jour d’aujourd’hui nous ne sommes plus obligées de porter de la vraie fourrure!

MXXI – Quelles sont tes influences et tes égéries ?

Brigitte Bardot un modèle forcément. Et Stella McCartney dans le monde de la mode a tout compris. C’est un modèle à suivre.

MXXI – Pourquoi avoir choisi de se spécialiser dans la fausse fourrure ? 

Comme je le disais ci-dessus, au jour d’aujourd’hui c’est inacceptable de porter encore de la vraie fourrure quand on voit le rendu de la fausse… La plupart des personnes ne font même pas la différence entre de la vraie et de la fausse fourrure ! Mode et éthique doivent aller de pair. Malheureusement beaucoup de grands couturiers ne jouent pas le jeu et continuent à utiliser vraie fourrure, cuirs et plumes…

MXXI – Comment se traduit ton engagement pour la cause animale , en tant que créatrice , et peut être aussi de façon plus personnelle ?

Mon engagement pour la cause animale commence forcément dans ma façon de travailler et la marque en général lorsque j’ai choisi de me spécialiser dans la fausse fourrure. J’ai également pu faire un partenariat l’année dernière avec Merci la Mode qui se bat depuis de nombreuses années contre la véritable fourrure et l’élevage intensif de visons et autres animaux destinés à finir en manteaux… Puis dans mon mode de vie : régime végétarien et j’essaye de faire attention à mes achats (cosmétiques, produits d’entretien…). Je suis également bénévole à la LPA de Lille depuis plusieurs années et je suis de près les différents combats de One Voice pour la cause animale. (Jane Goodhall et son association est un modèle pour moi également.)

MXXI – As-tu des projets à venir ?

De nouvelles créations pour la collection prochaine !!

_____________

site de la marque Aline’s Fashion

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manon Schaefle

La société en péril – décryptage par les nouvelles figures du rap

Marre d’entendre les mêmes intellectuels qui tournent en boucle dans les médias...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *