Louis Vuitton, la victime et le bourreau

LOUISVUITTON-MANIFESTOXXI-GAELLEPALLUEL-LEPORTIERDENUIT5
Campagne publicitaire Louis Vuitton automne/hiver 2011-2012. grazia.fr

La maison Louis Vuitton désira, pour son défilé automne-hiver 2011, replonger dans l’univers du chef d’œuvre qu’est Portier de Nuit et sa version du désir, de la sexualité, du fantasme.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=obEhabcKHkg]

Portier de nuit, aussi fascinant que dérangeant, fut, à sa sortie en 1974, classé X. Seulement trente ans après le génocide conduit par les nazis, Liliana Cavani raconte l’histoire d’une détenue juive et de son bourreau nazi. De ces deux êtres nait un amour, un amour improbable dirons-nous. L’inconscient, l’amour, le désir et le fantasme, ne se posent pas de limites, quitte à être malsains.

Les deux protagonistes se rencontrent dans un camp. Un amour qui nait dans le noir et la haine. Trente plus tard, le personnage de Dirk Bogarde, Max, se retrouve portier dans un hôtel. Un jour, en levant les yeux, ses clients ne sont autres que Lucia interprétée par la douce et fragile Charlotte Rampling, et son mari chef d’orchestre. Leurs regards se croisent, marquant la suite de la déchéance des personnages. Les couleurs sombres du décor se mêlent à une ambiance oppressante et malsaine. Quelle folie peut bien animer les deux amants liés par un jeu sadomasochiste, un jeu de soumission, de pouvoir, de violence mais aussi de tendresse, dont eux deux seuls connaissent les règles ?

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=kXSpzj7utGQ&w=560&h=315]

Marc Jacobs alors directeur artistique de la maison en 2011, décide de retranscrire cette folle et provocatrice histoire marquée par le désir inavouable inspiré du syndrome de Stockholm.

D’abord, le décor établit d’emblée le parallèle avec le film puisque les mannequins sortent tour à tour de portes en fer d’ascenseurs, gardées par un portier d’hôtel. Nous pouvons d’ailleurs remarquer le symbole du jeu sadomasochiste ici : qui du bourreau ou de la victime est le plus soumis ? L’ancien nazi est au service de sa victime juive, c’est une épouse riche, lui n’est que portier à son service, on remarque une inversion des rôles.

Douceur juvénile et soumission

Image extraite du site www.lefigaro.fr
Image extraite du site www.lefigaro.fr

Une scène brève du film montre le premier regard de l’officier nazi sur la jeune juive. Sa coupe au carré et son nœud dans les cheveux font d’elle une fille innocente, faisant un tour de manège à balançoires dans les airs. Le col Claudine met en avant cette innocence de la victime appelée « my little girl » par l’officier. De même, les chaussures blanches sanglées par un petit noeud qui reviennent deux ou trois fois durant le défilé, sont un clin d’œil à la scène dans laquelle Max enfile une petite chaussure blanche à Lucia, comme si c’était une enfant ou une poupée dont il faudrait s’occuper avec soin. Les robes longues et blanches détonent avec les tenues sombres et sexy du défilé, comme pour mettre en avant l’aspect angélique de la captive. Néanmoins, le transparent du tissu apporte cette touche sensuelle, voyeuriste.

Détail du défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012
Détail du défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012
Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 - image extraite de www.vogue.fr
Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 – image extraite de www.vogue.fr

Captivité sadomasochiste fantasmée

Marc Jacobs a bien sûr joué sur la rigueur militaire rappelant celle des officiers. Rigueur militaire par ailleurs ébranlée par la folie que l’on retrouve, tant dans la fantaisie des tenues que dans la scène où Charlotte Rampling danse et chante du Marlène Dietrich devant les nazis ébahis. Cette scène est celle qui a le plus inspiré le créateur, en témoigne entre autre une unique apparition d’un plumeau, objet présent à la fois dans ce moment du film mais aussi dans l’imaginaire de l’érotisme.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=vDG7Ytkj_a4&w=420&h=315]

En effet, Louis Vuitton revisite le chapeau militaire noir qui cache le regard des mannequins aux cheveux tirés et stricts, les pantalons militaires serrés au niveau des jambes mais larges au bassin, les manteaux également qui sont inspirés des formes militaires cintrées et carrées aux épaules.

LOUISVUITTON-MANIFESTOXXI-GAELLEPALLUEL-LEPORTIERDENUIT1jpg
Louis Vuitton automne/hiver 2011-2012. LVMH.fr

 

 

Cette rigueur est ébranlée par des éléments très érotiques. Les chaussures rappellent parfois celles des call girl d’aujourd’hui : rouges, noires ou vertes au cuir brillant, aux semelles compensées. Les culottes courtes militaires surplombent des jambes habillées partiellement de bas. Ces éléments offrent des silhouettes militaires, cavalières, érotiques, mais surtout, le plus surprenant, des silhouettes élégantes. Les ceintures larges marquant la taille le montrent. C’est l’un des fils rouges du défilé, que ce soit une chemise ou un imperméable militaire brillant, la ceinture permet de redonner une touche de féminité et de sensualité. C’est aussi une représentation de l’autorité et de la soumission parce que ce type de ceinture, tout comme les corsets, limite le mouvement de la femme.

Certaines des tenues, et c’est peut être une critique que l’on peut faire à Marc Jacobs, font oublier la noirceur du film. En effet beaucoup sont très tape-à-l’œil, bariolées, quasi- joyeuses, ce qui contraste avec le romantisme noir qui caractérise cette histoire.

Enfin, la fourrure symbolise aussi l’érotisme. Elle rappelle la bestialité du désir entre les deux êtres. Elle met surtout en avant l’animalité de la fin du film lorsque les deux amants s’enferment pour ne pas être pris et tués par d’anciens nazis. Elle, est attachée par une chaine, a à peine le droit de manger, lui se montre à la fois violent et faible. Nous sommes face à la reconstitution d’un camp de concentration mais finalement nous ne savons plus qui est vraiment la victime même si aux premiers abords nous désignons sans hésiter la jeune fille. Ils vivent comme des animaux. La manifestation de l’état de nature de l’homme est à son comble, l’homme est un loup pour l’homme, la soif de domination mais aussi le laisser-aller naturel des passions, sont à leur apogée.

LOUISVUITTON-MANIFESTOXXI-GAELLEPALLUEL-LEPORTIERDENUIT2777_2

Les gants et les masques

La symbolique, tant dans le film que dans le défilé, des gants et du masque, est très attirante dans ce contexte.

Au Moyen-Age, les gants du souverain marquent la possession et la loyauté. Tous les criminels et les bourreaux de notre histoire portent des gants de cuir. C’est un symbole de puissance et, ou, de violence. Mais le gant c’est aussi le symbole de l’élégance bourgeoise. Enfin, le sadomasochisme est aussi adepte du port du gant qui fait aujourd’hui partie du champ lexical érotique. Faire du mal à sa victime sans vouloir laisser de traces. Emettre une distance entre l’acte du bourreau et la victime. Le gant est aussi porté par Max en tant que portier. Il y a là alors un réel rapport de force. Le gant que porte la femme durant le défilé mais aussi durant la fameuse scène du film met en avant le pouvoir séducteur de la femme auquel les hommes ne peuvent échapper. D’un autre côté, le gant de l’officier représente le crime.

Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 - image extraite de www.vogue.fr
Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 – image extraite de www.vogue.fr

Enfin, le masque est présent sur les chapeaux militaires durant le défilé. C’est un petit loup noir. Erotisme ou désir inavouable ? Le même masque noir se retrouve sur le chapeau de l’acteur dans ladite scène, mais il est relevé. D’autres officiers portent des masques peints en visages. Le masque est très prisé dans l’univers érotique. Le fantasme de ne pas savoir à qui s’adresse notre désir et vers qui nous orientons le nôtre. Dans ce film et dans ce défilé, nous pourrions penser que le masque cache justement un désir inavouable. Désirer l’indésirable. Néanmoins, ils sont relevés, comme pour affronter le désir, le défier.

Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 - image extraite de www.vogue.fr
Détail défilé Louis Vuitton Automne/hiver 2011-2012 – image extraite de www.vogue.fr

Marc Jacobs en 2011 explore les facettes noires du désir à travers Portier de Nuit. Il ne pouvait trouver meilleure inspiration pour parler de nos rêves inavoués, insolites. Ce défilé reflète toute l’élégance et la fragilité qui se dégage du chef d’œuvre de Liliana Cavani. Le fétichisme est un fantasme qui traduit le schéma même du désir. Désirer c’est obtenir l’autre, le posséder, en faire ce que l’on veut. Mais désirer c’est aussi se donner entièrement à l’autre puisqu’il n’y a plus que cette envie qui fait sens. Comme dans le film, Marc Jacobs parvient à ressentir l’amour, le désir, le fantasme, la tendresse, sur fond de violence, de noirceur, de haine, de domination, qui ne va pas sans la soumission. Bien que la provocation du défilé ne soit pas aussi retentissante que le film, il n’en reste pas moins que chacun d’entre nous se voit explorer ses fantasmes les plus pervers et inavouables…

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Gaëlle Palluel

Sean Suen. Le tournant de la tendresse

Nous ayant accoutumés à des touches sombres dans des collections décadentes, avec...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *