Les nuits de l’Histoire : du mysticisme au mythe

Familier nous apparaît le jour, singulière se révèle la nuit. De par ses sensations amplifiées provenant de l’atmosphère sombre et subtile que seul le lever du soleil peut rompre, la nuit revêt un caractère mystique où chaque son, chaque action aura une résonance particulière et amplifiée. C’est un peu comme ça que la nuit dévoile sa grandeur. Apprivoisée, elle laisse transparaître ses secrets et suspend l’angoisse que peut créer sa noirceur en chacun de nous. La « nocturnité » donne des ailes à tout homme qui souhaiterait s’en procurer, une force incontrôlable que la lumière du soleil ne parvient pas toujours à nourrir.
Mystiques sont les nuits festives de chacun d’entre nous, mythiques sont celles que les journaux mettent en avant. De grands événements se sont réalisés la nuit. D’un point de vue historique, la manière dont on se remémore ces événements tient souvent au fait qu’ils se sont produits alors que la nuit venait de tomber, entraînant dans sa chute les pierres qui allaient construire de nouveaux édifices culturels ou politiques. Alain Cabantous, professeur d’histoire moderne, notifie l’inscription du moment nocturne comme intimement liée à la mémoire à venir. L’imaginaire collectif se réapproprie les événements mythiques comme redéfinissant le futur le plus proche.
Ces nuits mythiques prennent forme et couleurs à travers la photographie, support figeant pour l’éternité les bouleversements historiques. Les photos suivantes retracent des événements marquants de par leur redéfinition du futur et leur perception du progrès aux niveaux politiques et culturels, certifiant que nous pouvons tous être acteurs de nuits exceptionnelles. Après tout, la nuit nous appartient !

Débarquement en Normandie, nuit du 5 au 6 juin 1944

(Robert Capa © Life Magazine)

Alors que le soleil ne s’est pas encore levé, Robert Capa et des milliers de soldats déferlent sur les plages normandes. Robert Capa n’a jamais aussi bien porté le titre de photographe de guerre que lors de cette nuit-là, suivant son adage « If your pictures aren’t good enough, you aren’t close enough« . Suite à ces débarquements sur les plages normandes, le conflit a changé d’issue, entraînant une recomposition du monde imminente. Robert Capa était là, son objectif tourné vers l’avenir.

Bwana Devil, premier film en 3D et en couleur, nuit du 26 au 27 novembre 1952

(J-R Eyerman © Life Magazine)

L’apparition de la troisième dimension n’est pas inhérente au film Avatar. Bien avant celui-ci, la technologie cinématographique avait fait parler d’elle. Cette photo expose aussi le pouvoir des salles de cinéma : l’isolement dans un espace hors du temps, qui encore aujourd’hui, nous sert de refuge.

Chute du mur de Berlin, nuit du 9 au 10 octobre 1989

(Agence Maxppp ©)

Les premières pierres du mur de Berlin se sont écroulées lors de cette nuit d’octobre. Berlin s’est alors embrasée, emportant dans sa ferveur tout un pays, puis tout un continent.

 

Nuit Blanche à Paris, nuit du 4 au 5 octobre 2003

(Patrick Zachmann © Magnum Photos)

Seconde Nuit Blanche à Paris. Le concept des « Nuits Blanches » amorce un processus de démocratisation de la culture et s’insère dans une volonté commune de faire de l’art quelque chose d’accessible à tous. Le concept s’est ensuite généralisé dans des villes telles Saint-Pétersbourg, Madrid ou encore Rome.

Concert d’Amy Winehouse à Londres, nuit du 29 au 30 mai 2007

(Amy Winehouse : I Told you I was Trouble – Live in London (2007) © www.avcesar.com)

Suite au succès planétaire de son second album Back to black (2006), Amy Winehouse est devenue l’icône d’un style de musique mélangeant harmonieusement jazz et soul. Ce concert marque la consécration d’une artiste portée par une voix exceptionnelle et indescriptiblement parfaite, de celles qui viennent vous interpeller, vous réveiller. On lui annonçait une réussite durable et unique. Si seulement son regard ne s’était pas orienté si rapidement et brusquement vers le ciel…

 

Élection de Barack Obama, Harlem (USA), nuit du 4 au 5 novembre 2008

(Alex Majoli © Magnum Photo)

Barack Obama a réussi une chose formidable ce soir-là : bien plus qu’être élu premier président des États-Unis de couleur, sa candidature a su faire participer aux élections des citoyens oubliés, rassembler et faire vivre la très chère et fragile démocratie.

Entre la Hongrie et la Serbie, nuit de septembre 2015

(Thomas Dworzak © Magnum Photos)

Alors que les photos précédentes marquaient le progrès, celle-ci dévoile le visage d’une régression en marche, d’un mythe qui s’est effondré. Cette photo n’est pas datée précisément, parce qu’elle reflète l’histoire de milliers d’hommes, une histoire se répétant chaque nuit depuis maintenant trop longtemps. Nous sommes en 2015 et le photojournalisme est toujours là pour nous alerter. Ici se trouve peut-être le véritable progrès.

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Marine Delatouche

Les nuits de l’Histoire : du mysticisme au mythe

Familier nous apparaît le jour, singulière se révèle la nuit. De par...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *