Interlude avec Maxime Roquet

©RUSE Magazine

Originaire de Rouen et établi depuis six ans à Paris, nous sommes allées discuter sur les bords de Seine avec un jeune autodidacte, Maxime Roquet, qui lance avec Nicolas Corbay leur revue papier centrée notamment sur la photographie, le dessin et l’image 3D : RUSE Magazine.

Depuis toujours imprégné par la culture populaire plus particulièrement de magazines des 90’s et 00’s puis plus centré sur la photographie, l’art contemporain, la mode ou encore la musique d’aujourd’hui, studiodegraphsime.fr, studio de création visuelle, se lance sans trop se prendre au sérieux dans l’édition (de magazines). Pour leur premier numéro ils ont choisi d’inviter des artistes qui leur tenaient à cœur de par leur travail mais aussi de par leur vision, à savoir :

❀ Apollo Thomas et son clip réalisé pour Bryan’s Magic Tears 

✪ Clement Cauvet (Plasticien)

❀ Lisa Signorini (dessin contemporain, artiste vidéo)

✪ Selma Rossard (photographe)

❀ Mario Melis (Illustratrice, tatoueuse)

✪ Julia Feige (Photographe)

❀ Julie Herry (Illustratrice)

M&N (Directeurs artistique, photographes)

©M&N

Manifesto XXI – Tout d’abord revenons sur ton parcours musical, quels sont tes groupes ?

Maxime : Alors je fais de la basse pour le groupe Jessica93, et j’ai monté Hélas qui est un groupe de zouz et de séparation, puisque je l’ai créé avec mon ex-copine. Il y a eu Dame Blanche, c’était une belle époque, maintenant le projet de Benjamin c’est Bryan’s Magic Tears qui est très cool.

Hélas en concert au 23, Château Landon ©Paloma
Hélas en concert au 23, Château Landon ©Paloma

Tu as un label aussi, POLIMENT, tu peux nous en parler?

Ce projet a débuté avec les gens de Dame Blanche mais je suis tout seul maintenant. C’est plus devenu mon SoundCloud perso. Et il y a des sons pour lesquels je n’arrive pas à trouver de liant, je fais trop de choses en même temps aussi et totalement différentes, alors je les mets sur YouTube.

Comment choisis-tu ce qui paraît sur ce label ?

C’est surtout du copinage, après un concert si j’ai trop aimé je vais les voir et on sort une cassette. Sinon c’est totalement instinctif. Ce sont de petites séries d’environ cent exemplaires, donc surtout pour les potes. J’aurais des exigences uniquement pour le visuel.

Quelles-sont tes influences ?

Le punk. Ce qui m’a fait vibrer dans le punk plus jeune, maintenant j’arrive à le retrouver à travers tous les médiums, que ce soit de la photo ou de la vidéo.

©RUSE Magazine

En parlant des autres médiums, venons-en à votre projet papier : « RUSE Magazine« .

Il s’agit d’un magazine ou revue de visuels photo, dessins et captures de vidéo 3D. Il y a juste quelques mots de l’artiste sur chaque série, comment il la ressent ; par contre on ne veut surtout pas tomber dans la biographie avec le parcours scolaire, ce n’est pas ça qui nous intéresse. Sinon il y aura une compil’ pour cet été qui va sortir avec le magazine. On fête sa sortie le mercredi 24 mai avec une exposition de tous les artistes qui ont participé et avec un dj-set au 59, rue Notre-Dame de Nazareth.

©RUSE Magazine

RUSE Magazine

Lancement

Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ecrit par
More from Paloma

La Tendre Émeute. Rave Racer Interview

Entre révolte poétique et rave party, La Tendre Émeute est un groupe de...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *