Fanny Lopez : pixel, 3D et SMS tout en doigté

Broderie © Fanny Lopez

« Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps. »

Cette citation de l’auteure Françoise Sagan pourrait contraster avec notre ère actuelle dominée par l’instantané. L’évolution de la technologie nous a donné l’accès quasi immédiat au monde entier, et a transformé notre rapport au temps. Le progrès nous a apporté  l’ultra-connectivité entre les êtres ainsi que l’immédiateté des choses.

Fantastique !

Mais dans cette logorrhée incessante, comment peut-on réellement prendre du recul ou bien faire mûrir une réflexion ? L’instantanéité provoque une certaine pression voire perturbe. Tels des acouphènes causés par l’exigence de l’hyper-réactivité ainsi que la prolifération d’informations, nous sommes constamment sollicités derrière ces écrans. C’est fatigant et tout cela nous ferait presque oublier l’une des plus importantes qualités de l’humain : la patience.

Ce n’est évidemment pas dans l’instant que nous grandissons ou que nous pouvons acquérir un savoir-faire. Cependant, nous ne sommes pas que des sales gosses impatients dépourvus de réflexion, attirés seulement par l’image et collés à nos smartphones. Notre société est complexe comme nous, et nous composons désormais avec différentes temporalités et différents médiums, aussi bien qu’avec le digital et les matériaux bruts.

© Fanny Lopez

Le travail de Fanny Lopez révèle avec humour et finesse ce contraste de tempo et de support. Originaire du sud-ouest de la France, cette jeune diplômée en communication visuelle de Bordeaux décide de s’inscrire en master préparatoire en arts textiles à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles.

©Fanny Lopez
© Fanny Lopez

Tout part d’un ras la casquette de la com’ et de passer uniquement tout son temps dernière un ordinateur. C’est alors qu’elle décide de reprendre les techniques de l’artisanat comme la broderie et la céramique, entre autres. Elle s’est ainsi amusée à lier un savoir-faire ancestral avec les méandres du doigté numérique : la broderie vs la pratique du SMS, par exemple.

© Fanny Lopez

Elle matérialise sur tissu l’éphémère du digital : les textos envoyés par ses proches, en reprenant les vibrations du glitch ainsi que le pixel. Se rendant compte que finalement, ce n’est pas si éloigné, car l’étymologie s’avère être la même, à savoir : « Du latin textus – “tissu”, “trame (du récit)”, “texte” –, participe passé du verbe texere – “tisser”, “tramer” ».

© Fanny Lopez

Elle instaure alors un dialogue entre le numérique, qu’elle trouve trop souvent  « déshumanisant », et la trame du tissu, le transformant ainsi en objets palpables. Ses études en graphisme lui ont aussi permis de créer un autre basculement, par la création d’alphabets destinés à être brodés ou bien par une série, toujours au point de croix, exploitant la notion de « surimpression » bleu et rouge qui se réfère aux impressions 3D. C’est dans le cadre du workshop « XEROX MON AMOUR » qu’elle a pu mettre son projet en vidéo.

Éditions © Fanny Lopez
Édition © Fanny Lopez
Édition © Fanny Lopez
Alphabet à broder © Fanny Lopez
Édition © Fanny Lopez
Édition © Fanny Lopez
Broderie au point de croix © Fanny Lopez
Broderie au point de croix © Fanny Lopez
Broderie au point de croix © Fanny Lopez
Broderie au point de croix © Fanny Lopez
Broderie au point de croix © Fanny Lopez
Sacs brodés © Fanny Lopez

P.-S. : ne communiquant quasiment plus par texto, cette artiste pluridisciplinaire risque de s’attaquer au réseau social au faciès bleu. Affaire à suivre…

Site

Instagram

YOUPIJAJA

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ecrit par
More from Paloma

Clubkelly : DJ sale gosse et house déstructurée

Il vient de Biarritz et fait du son sur son ordinateur depuis...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *