Année 3, Entreprise compile 2015

Entreprise - Année 3

Nous n’arrêtons plus de vous en présenter des artistes : après « Année 1 » et « Année 2 », le label Entreprise, la division exclusivement francophone de la maison de disque 3rd Side Records, revient en 2016 avec « Année 3 », une compilation qui regroupe les différents singles sortis par le label de janvier à décembre 2015.

Avec émotion nous nous replongeons dans Mortel de Fishbach, et ses litanies déchirantes et purificatrices. « Le poisson qui remonte le courant » que nous avions rencontré début novembre au Point Éphémère nous fait toujours autant vibrer et ce n’est pas près de s’arrêter. C’est aussi avec un grand plaisir que suivant l’appel martial du Gouffre de Bagarre, nous retournons en balade dans ces lieux déjà maintes fois visités ; Le lac d’or de Moodoïd, le Montparnasse de Grand Blanc…

Cette énumération dithyrambique pourrait sembler poussive, elle est amplement méritée. En 2015, le label, déjà pionnier dans sa découverte de La Femme, a encore une fois prouvé sa capacité à soutenir un catalogue d’artistes francophones, ambitieux et novateurs. Il n’est pas étonnant alors que la présente sélection nous semble regrouper beaucoup de morceaux attendus. Dans la myriade des sorties de l’année passée, ceux-ci sont ceux que nous avons retenus et c’est tout à l’honneur d’Entreprise.

Passé ce moment de réécoute empreint de nostalgie, nous nous laissons séduire par les quelques inédits, la compilation « Année 3 » recelant tout de même de belles surprises.

Anciennement connus comme musiciens « yéyétronique » sous le nom Superets, Mary Céleste dévoilent leur premier titre, « À la dérive ». Exit les guitares surf et le côté twist, les Rennais nous gratifient d’une synthpop léchée et entêtante, l’influence de Yuksek à la production s’y faisant ressentir.

Petite Lady, le nouveau single de Julia Jean-Baptiste est la pépite naïve de la compilation. « Qu’est-ce qu’elle attend la Petite Lady ? » On ne sait pas vraiment mais c’est elle que nous attendions, entêtante au possible, il n’y a pas erreur. Adepte de bossa nova, de new wave et de glam rock, dj à Lyon, sous les projecteurs de la Star Ac en 2009, chanteuse de Pendentif et que sais-je encore… Julia a très sûrement déjà vécu les 9 vies du petit chat sauvage que j’ai dans le cœur.

Quelques chansons plus loin, nous rejoignons Paupière, l’OMNI (Objet Musical Non Identifié) autodidacte québécois que nous avions déjà pu apercevoir à l’occasion des Bars en Trans. Quinte, très probablement extrait de leur EP « Jeunes instants » à venir le 29.01.2016, est triste mais malgré une légère influence new wave, reste résolument pop. Ce que les membres du groupe considèrent encore comme leurs balbutiements ne nous semble pourtant plus au stade de l’expérimentation. Ici tout prend corps et nous emporte, ça chaloupe.

C’est avec les fous Blind Digital Citizens que nous concluons notre excursion dans l’univers d’Entreprise. Anticipant de peu la fièvre des fêtes dionysiaques, Bling Digital Citizens nous invite pour un Carnaval, une production à plusieurs niveaux, exubérante, syncopée mais toujours maîtrisée, qui porte les voix de Florent et François vers l’horizon impalpable du vide sidéral, et nous avec…

Lien i-tunes

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Meven Marchand Guidevay

Fakear n’est pas un japonais refoulé

Interview aux IndisciplinéEs 2014 Après avoir décrit Fakear tour à tour comme...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *