Cannery Terror : Garage mi-femme mi-pélican

canneryterror-manifesto21
Photo de Léon Prost, pour le Paris Psych Fest

On a pu rencontrer Clara et Roxanne, du groupe Cannery Terror, pendant le Biches festival juste avant leur concert. C’est en agitant leurs maracas-bananes qu’elles se sont exprimées sur le Burger Records, le fait d’être une meuf dans la musique ou encore le fromage. Après la scène garage sur la côte ouest des USA, rencontre avec celle de la côte basque.

Manifesto XXI – Vous vous inspirez beaucoup de la scène garage de la côte ouest des Etats-Unis avec le Burger Records notamment ?

Clara : Je ne sais pas si c’est une inspiration, c’est plus une expérience car on a appris à les connaître. Quand tu traînes avec des gens tu es forcément influencé de près ou de loin. Mais je dirais que ce sont plus des rencontres que des influences. Je peux citer par exemple Tijuana Panthers ou Pangea qui sont des super potes à nous. Je suis allée au Burger-a-gogo, c’était génial ! Je me suis retrouvée là-bas grâce à des amis qui avaient une galerie d’art qui s’appelle Sunday Gallery. Roxanne, t’as quelque chose à ajouter sur le Burger ?

Roxanne : Bah j’aime beaucoup, avec beaucoup de fromage.

Clara : Moi je mange pas de viande donc que des veggie burgers !

Manifesto XXI – Ah tiens, on a rencontré pas mal de végétariens aujourd’hui au festival !

Roxanne : Ils souffrent beaucoup apparemment, j’ai entendu qu’on leur présentait des plateaux de charcuterie énormes.

Manifesto XXI – Trêve de saucisson, racontez-moi comment s’est formé Cannery Terror.

Clara : Roxanne et moi faisions toutes les deux de la musique à Saint-Jean-de-Luz. Moi j’étais dans un groupe de folk et elle, elle avait un groupe de rock avec sa petite sœur. Du coup on a fait plusieurs scènes ensemble à Saint-Jean. Après on est arrivées à Paris et au début on faisait du rock chelou genre trip-hop, ça c’était la phase dark. On a vraiment décidé de créer un groupe avec des musiciens, il y a un an et demi. Avant on faisait juste de la zik toutes les deux.

Manifesto XXI – Vous êtes des basques pure souche ?

Clara : Non, on est nées à Paris toutes les deux. Roxanne a bougé plus tôt que moi, en 5eme, et moi j’ai fait tout mon lycée en banlieue parisienne.

Roxanne : Moi j’étais dans le 13eme chez les chintoks. (rires)

Manifesto XXI – Comment voyez-vous la scène garage du sud-ouest avec des groupes comme JC Satan, Cheveu ou La Secte du Futur ?

Clara : La Secte du Futur j’adore, je suis une fan éperdue ! Quand j’ai découvert il y a deux ans ça a été une révélation, ça m’a transcendée. Mais je ne suis pas d’accord que dans le sud la scène soit plus florissante qu’ailleurs. A Bordeaux il y a une grosse scène garage mais à Rennes et à Nantes aussi ! Ca doit être qu’à Bordeaux ils sont plus connus et plus âgés avec un peu plus d’expérience. Et puis il y a des caves partout dès que tu vas dans un bar donc ils se sont peut-être « darkisé ».

Roxanne : Il y aussi beaucoup de musique électronique à Bordeaux.

Clara : Ouai mais même cette musique électronique a un dark side.

Manifesto XXI – Vous êtes deux filles à l’origine du projet. Est-ce que vous avez le sentiment de devoir en faire deux fois plus pour être reconnues à votre juste valeur ?

Clara : Bon déjà on a des bites. (rires)

Roxanne : Je ne m’identifie ni à un homme, ni à une femme. Je suis un pélican.

Clara : Voilà, c’est un oiseau.

Roxanne : Honnêtement ça ne m’atteint pas du tout d’être une fille, je trouve que les problèmes dont tu parles sont presque inventés.

Clara : Moi je ne suis pas d’accord du tout. Je ne suis pas un pélican, je suis une fille. (rires) Ça m’attriste et ça me choque et je suis dans une incompréhension face à ça. Quand on tourne, je trouve ça aberrant qu’on ne tombe jamais sur des filles. J’étais interprète dans un autre groupe il y a quatre ans, c’était de l’électro. Et pareil, j’ai du croiser une nana sur toute une tournée de 6 mois. Par contre à Los Angeles il y a une putain de présence féminine, et les meufs sont badass en plus. Elles jouent comme des déesses, elles ont une prestance incroyable. Après on n’a jamais eu de commentaires lourds de la part des mecs. Bon, sauf quand on a joué au fin fond de la Belgique avec des gros skinheads qui se rinçaient l’oeil.

Roxanne : Ouai en général, on n’a jamais de commentaires machistes.

Clara : Après, toi en tant qu’artiste, ce genre de choses n’est pas sensé t’atteindre, ce sont des jugements complètement débiles.

Roxanne : De 1, ça nous arrive pas trop et de 2 on s’en bat les couilles. On n’a pas forcément de valeurs féministes parce qu’on respecte l’être humain en général. Finalement on vient tous d’un fœtus. (rires)

Clara : C’est beau ce que tu dis.

Roxanne : Je suis le chaman oiseau du groupe. Je répands les ondes qu’elles soient diaboliques ou innocentes selon mon humeur. (rires)

Manifesto XXI – Vous avez joué au Paris Psych Fest, c’était comment ?

Clara : C’était ouf ! J’étais trop stressée. En plus quand on a commencé à jouer il y a eu une énorme averse et comme on n’était sur la seule scène abritée, tout le monde est arrivé dans le chapiteau ! Sinon pendant le festival, j’ai adoré Ulrika Spacek, ça m’a beaucoup touchée. Il y avait Woods aussi, qui a priori n’était pas trop mon délire, mais en live c’était dingue. C’était hyper créatif, très intéressant en terme de structure. Et toi Roxanne ?

Roxanne : Moi je sais pas, j’ai adoré jouer mais il n’y a rien qui m’a frappée.

Clara : Ah si , il y a un truc que j’ai adoré c’est Nova Materia, c’était incroyable !

Manifesto XXI – Clara, tu as un autre groupe qui s’appelle Agar Agar. Ça s’est créé quand par rapport à Cannery Terror ?

Clara : Peut-être 6 ou 7 mois après. On jammait avec un pote et il y a un label qui est venu nous voir pour nous signer avant même qu’on ait des chansons abouties. Je t’avoue que si le label ne nous avait pas contacté on aurait jamais formé un groupe. Nous on s’en foutait, on faisait ça pour triper.

Manifesto XXI – Tu arrives à gérer les deux projets ?

Clara : Parfois Roxanne me fait la gueule (rires). Non mais en vrai ça va ! Là on est partis en tournée avec Armand pendant deux semaines. Avec Agar Agar je n’ai pas tant de dates que ça. Ça se passe bien parce que notre manager, Nico, nous organise un planning en commun et en général il n’y a pas de soucis.

Manifesto XXI – Vous avez fait appel à de supers illustrateurs pour vos visuels, comment s’est faite la collaboration ? C’est important pour vous de créer un univers visuel, d’avoir un contrôle dessus ?

Clara : Il y a Duch qui vient de Bordeaux, c’est un illustrateur trop gentil qui fait des visuels qu’on adore.

Roxanne : On n’a pas envie qu’on voit notre gueule en fait. Là on a choisi des illus qui nous représentent bien, ça devient comme un logo.

Clara : Sur notre photo de couverture Facebook, c’est Lou Lenfer qui vient aussi de Bordeaux et qui vit à Bruxelles depuis deux ans. C’est vraiment bien ce qu’il fait ! Il évolue beaucoup dans la scène garage et il bosse avec plein de groupes. On lui sort des trucs du style « Ouai, tu vois on adore les poissons » et lui il réussit à nous faire un truc génial !

canneryloulenfer
Illustration de Lou Lenfer

Manifesto XXI – Clara, en tant qu’étudiante aux Beaux-Arts, toi aussi tu fais des illustrations pour le groupe ?

Clara : Euh, une ou deux. Mais c’est vrai que je fais beaucoup de dessin. J’ai fait des flyers pour pas mal de groupes. Roxanne a un style de dessin absolument fabuleux, à un point où plusieurs potes se sont fait tatouer ses dessins !

Roxanne : (rires) Alors que je dessine à l’arrache. Je ne sais pas si t’as vu la dernière affiche de tournée qui est vert pomme, c’est moi qui l’ai faite.

canneryroxanne
La belle illustration de Roxanne

Clara : Si on dessinait toutes les deux sur la même fresque ça partirait très loin.

Manifesto XXI – Vous parlez de grilled cheese sandwiches dans le titre « Cheese ». Du coup j’ai très envie de savoir quel est votre sandwich préféré ? 

Clara : Moi je kiffe le fromage, c’est tout. (rires) Bon après peut-être les courgettes.

Roxanne : Moi j’aime bien les trucs au pain suédois avec du saumon et les gros hamburgers. Et il y a un sandwich que j’ai mangé une fois mais que je n’ai jamais retrouvé, c’était un coup de foudre culinaire faudrait qu’on en fasse une chanson. C’était aux Casetas de Biarritz il y a cinq ans et il y avait un sandwich trop cher qui s’appelait la Mauricette avec un pain glacé et de la charcuterie.

Clara : Ah mais tu m’en as trop parlé de ce sandwich, ça t’as traumatisée ! (rires) On adore la bouffe. Mais ce qu’on adore par-dessus tout c’est la bouffe mexicaine. On va tout le temps au Nopal, c’est un petit resto à Pigalle.

Manifesto XXI – Vous avez tourné le clip de Cocksucker dans des sex-shops a Pigalle, ça serait envisageable un concert au Sexodrome ? Avec poppers à volonté bien sûr.

Clara : Ah mais grave !!

Roxanne : C’est en face de chez moi en plus. Ça serait trop bien. Nous on adore le poppers.

Clara : C’est notre vie le poppers ! Mais viens on le fait, ce serait mon rêve !

Manifesto XXI – On attend ça avec impatience alors ! Mis à part le Sexodrome, quels sont vos futurs projets ?

Roxanne : On a un EP qui va sortir, il est presque fini, il y a juste les voix à refaire.

Clara : On va aussi essayer de sortir un clip incessamment sous peu..

Roxanne : Ouai mais faut que tu me prêtes une caméra !

Clara : Yes! Sinon on joue en Septembre à Biarritz à la Rat’s Cup et au Surf Punk aussi dans les Landes.

***

Retrouvez Cannery Terror sur:

Facebook

Youtube

Soundcloud

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Alice Butterlin

Rencontre avec The Wheal, créature des ténèbres

The Wheal, avec son leader tout en latex et ongles noirs, peut...
En savoir plus

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *