Born Idiot, les grands enfants du chill-rock

Quintet rennais fondé par Lucas Benmahammed, qu’on connait déjà comme chanteur et guitariste du groupe Betty The Nun, Born Idiot est un jeune projet qui avance vite, du fait notamment de l’expérience déjà importante de chacun des membres dans le milieu des musiques actuelles. En effet, tous les cinq ont joué ou jouent encore parallèlement dans divers autres groupes dont les noms ne vous seront peut-être pas étrangers ; Her, Light in Cities, Betty The Nun, Lady Mountain… Ce projet, Lucas l’a avant tout envisagé comme un projet solo, qui lui permettrait une grande autonomie et une liberté de création. C’est assez naturellement que des musiciens de son entourage s’y sont associés, mais plutôt dans une optique d’interprétation que de co-composition. Âgé de moins d’un an, ce nouveau projet Born Idiot les a déjà menés sur la scène du 1988 Live Club, ou encore sur celle de l’Echonova dans le cadre de la Tournée des Trans. Rencontre.

Manifesto XXI – Pourquoi ce nom Born Idiot ? Une philosophie un peu punk, anarchiste, grunge… ?

Lucas : « Ça m’est venu vraiment naturellement parce que je pense que c’est représentatif ! (rires) … de notre façon de vivre, un peu naïve… »

Groupe : « Au départ c’est Lucas qui a fondé le groupe quand même, donc c’est lui qui a trouvé le nom tout seul pour lui tout seul, nous on n’est pas des idiots à la base ! On n’a pas eu notre mot à dire ! »

Manifesto XXI – Quand a été fondé le projet, et avec quelles motivations ?

Lucas : « Avec Tiago en janvier, il venait tout le temps chez moi squatter, on jouait à Fifa en fait, et quand je composais mes chansons perso il était toujours dans le coin, du coup je le faisais jouer avec moi. Et je lui ai dit ben vas-y, on monte un groupe. Les autres musiciens sont arrivés ensuite.

Ce groupe-là je l’ai monté pour le côté liberté, pour pouvoir être à 100% créateur, sans me prendre la tête. Je l’ai monté avec l’idée d’en être le compositeur, et de m’associer à des musiciens interprètes. »

Manifesto XXI – Du coup Lucas, quelles ont été tes influences pour monter ce projet ?

Lucas : « Il y a le label Captured Tracks que je cite souvent, j’écoute aussi beaucoup de jazz, de bossa… mais après tout ça c’est ce que j’écoute, le projet lui-même n’a pas forcément d’influences précises, je n’aime pas cataloguer. »

Manifesto XXI – On ne peut écouter que deux titres, plus un en live session, des nouvelles sorties pour bientôt ? Votre set est composé de combien de titres pour l’instant ?

Born Idiot : « On n’a pas de sorties précises déjà prévues bientôt, mais il va y en avoir oui. On fait ça au compte-gouttes. Le set est composé de 10 titres pour l’instant, et il y a plusieurs autres morceaux en cours. »

Manifesto XXI – Dans vos morceaux disponibles, que ce soit dans les noms des chansons ou la musique elle-même, on ressent avec insistance un côté dream pop de teenager insouciant, c’est ce que vous êtes finalement ? Des grands gamins ?

Born Idiot : « C’est totalement ça, il n’y a rien à ajouter ! (rires) Autant la musique que les visuels sont très liés à l’enfance, la nostalgie… Et c’est vraiment une continuité de nos personnes. C’est pour ça que le nom colle d’autant plus, « Born Idiot », c’est des gens un peu décalés des gens normaux, c’est pas qu’on est idiots mais… (rires) on est des grands enfants. On trouve les gens tristes, trop sérieux… on se détache des soucis de la vie. C’est un fuck gentil quoi ! (rires) »

Manifesto XXI – On ressent une grande vague de nostalgie dans vos morceaux, est-ce que vous êtes des gens nostalgiques dans la vie ?

Born Idiot : « Complètement… on aime bien trouver des riffs qui te font penser à des choses que t’as déjà vécues, à des chansons que t’as déjà écoutées… on utilise certains sons de clavier qui font un peu boîte à musique aussi… il y a un côté retro. »

Manifesto XXI – On sent aussi via votre communication web que le second degré est un concept important pour vous, est-ce que vous pouvez expliquer pourquoi ? Est-ce que vous avez l’impression qu’aujourd’hui c’est la manière dont un artiste doit communiquer pour interpeller les auditeurs ?

Born Idiot : « C’est très lié au nom, puis c’est nous quoi… on veux éviter le côté sérieux, la prise de tête… c’est très naturel. Puis ça interpelle oui, et c’est peut-être une manière de moins saouler les gens aussi, ça sort de la communication classique. »

Manifesto XXI – Comment s’organise la composition ?

Lucas : « J’arrive avec un morceau dont j’ai déjà toutes les parties en tête, mais après je laisse une part de liberté au groupe dans l’arrangement. »

Groupe : « Mais on essaie de toujours garder la teinte que Lucas a voulu donner au départ, ça permet aussi de donner une cohérence à l’ensemble des morceaux. »

https://www.youtube.com/watch?v=EQnIZ4hSKCo

Manifesto XXI – Quels sont les artistes que vous écoutez en boucle en ce moment ?

Born Idiot : « Ought, Vundabar, les Districts, Beach House, Porches, Good Morning… »

Manifesto XXI – La consécration pour vous ça serait de jouer où, avec quel artiste, et de paraître dans quel magazine ?

Born Idiot : « La Route du Rock ! Avec euh… Beach Fossils ! Ou Muse. (rires) Non on déconne ! Ou sinon carrément le Glastonbury ! Et pour le magazine ce serait de faire la une de GQ comme groupe le plus sexy de l’année ! (rires) »

***

Retrouvez Born Idiot prochainement en live :

-le vendredi 8 janvier au Jardin Moderne

-le 6 février à Nantes au Chien Stupide aux côtés de Slow Sliders

Et sur le web :

Facebook

Youtube

Soundcloud

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Eléna Tissier

Hijacked, une nouvelle spiritualité musicale

Hijacked est un duo musical formé par Jésabel Domberger et Clément Bazin...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *