Anti-Fashion: le dépassement des genres

Le bouleversement de la manière de vivre, d’être, des hommes et des femmes fait partie de la révolte Anti-Fashion.

Rei Kawakubo défend de nouvelles créations pour changer la façon de vivre et de s’exprimer des femmes. Elles n’ont plus à se soumettre aux hommes, elles existent à travers la singularité de leurs vêtements et de la manière dont elles déambulent sur le podium. Elle baptise sa marque Comme des Garçons pour appuyer ce changement majeur dans le monde de la mode, qui propose depuis toujours une image précise de la femme qui doit être, selon certains critères, très féminine. Kawakubo habille désormais ses mannequins d’un style traditionnellement masculin. C’est un nouveau pas vers l’autonomie et l’affirmation de la personnalité de la femme. Pourquoi le genre féminin devrait-il être sexy ? Une certaine révolte féministe s’empare de cet univers du paraître. La femme n’est plus une bimbo qui cherche à plaire. Elle prône désormais au grand jour sa personnalité. Une nouvelle vision de ce genre incarné par Kawakubo se dessine. A travers sa marque, la créatrice exprime toujours plus d’excentricité. Le corps sert de base au vêtement mais le vêtement comme une sculpture, transforme l’anatomie.

Jil Sander se fond dans cette mouvance. Cependant, contrairement à ce que propose Rei Kawakubo, Jil Sander conserve l’identité propre de la femme qui s’habille comme un homme mais dans des costumes précisément coupés aux matières luxueuses. Le noir et le blanc sont à l’honneur et colorent les costumes d’une nouvelle « power woman » des années 80-90.

 

Alors que les visages de certains mannequins sont omniprésents dans les grandes maisons, les créateurs Anti-Fashion recherchent des « êtres » singuliers, qui dégagent un tempérament unique. Les critères de beauté des modèles établis surtout aux Etats Unis importent peu les créateurs tels que Ann Demeulemeester qui déclare : « Je n’aime pas les prototypes, j’aime plutôt des beaux êtres humains qui ont des éléments masculins, féminins, qui intriguent ». Le mélange des sexes est à l’honneur. Les êtres aux visages graves provoquent un certain mystère chez le public qui ne peut plus différencier l’homme de la femme.

Les hommes, comme les femmes, connaissent un tournant. L’image du mec musclé, fort, souriant, sexy et blond, n’est plus dans l’air du temps Anti-Fashion. L’homme n’est pas que cela. Les créateurs s’orientent même vers l’opposé de cette vision de l’homme. Défilent désormais des jeunes garçons très minces, pâles, adolescents, aux silhouettes allongées. Raf Simons propose cette vision du masculin, qui est aujourd’hui majoritaire dans l’univers de la mode. Les visages androgynes ont remplacé le sourire Colgate sur peau bronzée.

Défilé Raf Simons Homme, 2012
Défilé Raf Simons Homme, 2012

L’androgynie est un élément majeur qui prend tout son sens durant l’ère Anti-Fashion. Eléments de révolte, les nouvelles visions de la femme et de l’homme qui se confondent dans l’apparence, ne se passent plus de mode.

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Gaëlle Palluel

Louis Vuitton, la victime et le bourreau

La maison Louis Vuitton désira, pour son défilé automne-hiver 2011, replonger dans...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *