Afterwave Records. Techno dark de Brooklyn [COMPILATION]

afterwave-records

Avec Technoscope, Afterwave Records nous offre une première compilation de sons late-night club proposés par leur talentueuse équipe de DJs.

Afterwave Records est une expérience collective, basée sur le partage de la musique et des techniques. Nous avons posé quelques questions aux fondateurs.

William B : Krames et moi nous sommes rencontrés à Miami. C’était à la Winter Music Conference en 2010, on jouait dans le même concert et on s’est rendu compte qu’on vivait tous les deux à New York.

Krames : Ouais, on a commencé à produire ensemble de la musique presque tous les jours, mais ce n’est que quand on a découvert le synthétiseur modulaire que nous avons réellement trouvé notre son. Finalement, on s’est lancés dans la performance live, où on a rencontré Katie Rex. On a rencontré Klienfeld en soirée à Brooklyn, puis on a découvert son SoundCloud et on s’est dit : « Il faut qu’on fasse un truc avec ce mec ».

William B : Du coup on a commencé à booker ces artistes sur nos soirées « Techno Prisoners ». Sachant qu’on vit tous à Brooklyn, c’était comme une évidence. Je me souviens qu’on avait déjà prévu de faire un label, mais ça c’était le moment charnière, parce que soudainement on pouvait se rassembler dans un collectif et partager notre son avec le reste du monde.

Krames : Ensuite, on a passé environ trois semaines à trouver un nom, et à peu près à ce moment-là Klienfeld nous a dit : « Hey, vous devriez rencontrer mon pote Buzzi ». La rencontre avec Buzzi a consolidé notre son, et Afterwave Records était né.

L’EP de six titres entraîne les auditeurs avec « Grains of Sand » par l’artiste de Brooklyn Buzz en featuring avec la voix de Human A (Heather Celeste), une production sobre d’une sérénité envoûtante. En se joignant à Power Outage, les co-fondateurs du label Krames et William B ont conçu « Imagine », qui frappe fort avec des synthés déroutants et une percussion qui martèle. « Acid Drip » de Krames est un petit son psyché qui porte bien son nom avec des éléments teintés d’acide, des atmosphères immersives et funky. « A Fireside Chat » nous évoque l’idée d’une obscurité enveloppant cette méticuleuse production techno influencée par Détroit, typique de Klienfeld, emmenant l’auditeur sur l’équivalent de montagnes russes hantées. « I Don’t Want To Dance » de William B est clairement un classique, avec la voix de Krames répétant « I don’t want to dance, but I have to », le morceau devenant progressivement plus dur et plus intense au fur et à mesure qu’il se déroule. « He’s A Cancer » par Katie Rex finit sur une haute note avec un rythme vertigineux et dissonant, et simultanément une mélodie obsédante et exaltante.

Le label de Brooklyn sortira tous les mois une compilation exclusive rassemblant tous les nouveaux sons des artistes talentueux d’Afterwave.

<

Artistes : Krames, William B, Buzzi, Klienfeld et Katie Rex
Sortie : Compilation – Technoscope
Date de sortie : 21 octobre 2016

COMPILATION DISPONIBLE ICI

<

Facebook

SoundCloud

afterwave-records

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Costanza Spina

Fishbach, tout dans le regard. Interview

Si j’ai cette place qu’on m’a donnée, c’est un privilège. Il ne...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *