Le 69 est génial. Démonstration.

69

Ce mois-ci avec la rédac, on devait bosser sur le thème du génie. J’ai bien tenté de faire un article sur Albus Dumbledore et Léonard de Vinci mais il était trop médiocre pour être publié. J’ai donc dû me creuser un peu plus la tête pour trouver un autre sujet. Qu’est-ce que je trouve fondamentalement génial dans la vie de tous les jours ? Les pâtes carbonara incontestablement mais je ne suis pas sure qu’une ode à la crème fraiche aurait fait un article probable. Quoique, le sujet que j’ai choisi non plus. Manifesto XXI est né d’une réflexion afin d’intellectualiser la mode. Je vous propose aujourd’hui d’intellectualiser le sexe et de vous étonner du parfait génie de la position numéro 69 décrite dans le livre le plus acheté de tous les temps après la Bible (selon des sources non-officielles) : le Kamasutra ou des dérivés de ce que vous croyez être le Kamasutra.

Le vrai, l’original, est un texte classique hindouiste, très précieux pour comprendre le style de vie dans l’Inde ancienne. Kama en sanskrit désigne le dieu de l’amour charnel et sutra « aphorismes ». Le Kamasutra n’est pas composé uniquement de dessins explicatifs contrairement à la pensée communément admise. N’y figure qu’une vingtaine de positions. En fait, le Kamasutra est un véritable guide des relations hommes-femmes traitant du mariage, de la grossesse ou des fantasmes et pas un bouquin porno comme on le croit en Occident. Vâtsyâna, l’auteur, était désireux de créer un ouvrage très complet à destination de l’aristocratie indienne et des courtisanes (équivalent des geishas). Ainsi, mesdames sauraient-elles mieux s’y prendre avec les messieurs. Et pas l’inverse. Nous sommes en Inde. Quelque part sur la frise chronologique entre le IVème et le VII ème siècle. Cependant, dans la version originale, l’auteur ne se contente pas d’énumérer les rôles de la femme mariée mais prodigue également des conseils pour tromper son époux ! Les relations homosexuelles sont aussi jugées aspect naturel de la vie et l’auteur en fait largement mention. Tous ces aspects seront retirés par la suite par le Code pénal indien. Dans les versions corrigées et complétées, soixante-quatre positions sexuelles sont énumérées. Le 69 n’est donc pas la soixante-neuvième position décrite !

La position 69 est présente dans le Kamasutra sous le nom de « Congrès du Corbeau », un genre de congrès buccal en somme. D’où vient alors cet étrange nom ? Observez bien les deux chiffres : 69. L’un est à l’endroit, l’autre à l’envers en considérant que la boucle correspond à la tête. Tête-bêche s’écrit donc 96 (ça, c’est une tentative de blague, cordialement). Outre cette anecdote, intéressons-nous à l’aspect progressiste du 69. Halte féministes ! Ceci n’est pas un discours réac. Prenons pour preuve la Loi du Talion (« oeil pour oeil, dent pour dent »)  jugée incroyablement barbare par les idées reçues. En réalité, la loi du Talion introduit la proportionnalité dans la justice, ce qui est pour l’époque un progrès. Il en va de même pour le 69. Je m’explique.

Même dans l’intimité d’un lit, les relations sociales restent bien présentes. Etre au-dessus n’est jamais anodin. Depuis Rome jusqu’à la Renaissance et encore un peu plus tard, l’homme dominait et la gente féminine se soumettait. Cela se traduit par l’échine courbée de la femme montée par un homme. Dans Les Dames Galantes, Brantôme montre que même si l’homme est inférieur à la femme dans la hiérarchie sociale, il parvient à la dominer dans l’intimité. Il était d’usage pour les dames à la Renaissance de ne jamais se retrouver sous son inférieur   (c’était également bien pratique pour se confesser : elles pouvaient aisément affirmer que personne ne les avait chevauché.) Les relations sexuelles condamnent la femme à la soumission. La pénétration atteste de ce rapport d’infériorité de la femme. Et pas besoin pour le comprendre de voir Jean Dujardin insulter une blonde de « salope » en lui tirant les cheveux  dans Infidèles. A quand le film non porno dans lequel on verra un beau 69 ? Le 69 est un mal-aimé de la caméra car l’homme n’y a plus le charmant rôle de dominant sexy, mais se retrouve à égalité avec sa partenaire sexuelle. Le 69 a donc ceci de génial qu’il met tout le monde à pied d’égalité et inverse littéralement les pratiques et les rôles. Le 69 est égalitariste.

Le 69 a tout compris (et nous aussi).

manifesto-21-glee

La rédaction.

image_pdf
Spread the love !
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
More from Manifesto XXI

SCH : Les larmes du Prince

Ouch. SCH. Trois lettres brûlantes comme le feu qui agitent les bouches...
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *